53 notes dans la catégorie "Web/Tech"

[classiques 2.0] si paris m'était écrit...

non seulement c'est fait...  mais feedbooks nous offre en téléchargement gratuit des classiques de la littérature dont l'action se déroule dans un quartier de Parislien; géolocalisés et téléchargeables d'un clic sur une carte interactive, une très jolie façon de faire se rejoindre le patrimoine littéraire et la modernité technologique


Afficher Paris littéraire sur une carte plus grande

Lire la suite "[classiques 2.0] si paris m'était écrit..." »


[niguedouille] aide-toi, internet t'aidera

mail.SEND_FAILURE — où comment une grosse galère de temps en temps ébranle (un peu) mon optimisme béat devant les nouvelles technologies, mais pas (trop) ma confiance dans l'entraide entre internautes !

mercredi 27 juin je m’aperçois que je ne peux plus envoyer de mail — panique — je touite cliquer pour agrandirmon inquiétude en vain

jeudi la situation n’a pas changé — mes appels au secours sur twitter n’ont eu aucun écho, pas plus que mes sondages éperdus dans les forums d’utilisateurs à la recherche de témoignages décrivant des blocages ressemblant au mien — je râle toujours, mais je ne me résous pas à liquider mon compte et à changer d’adresse — trop d’ancienneté, et puis ce compte me sert à m’identifier sur de nombreux sites commerciaux ou administratifs

vendredi après bien des essais ratés, je parviens à configurer Thunderbird et à m’abonner au forum de news ad hoc, celui que conseille le fournisseur de service tout en bas d’une FAQ découverte au hasard de mes navigations de plus en plus énervées — j'y explique mon problème — les réponses sont rapides, pas trop ardues à déchiffrer, je reprends espoir

samedi : ouf... j'entrevois la solution — merci aux quatre ou cinq forumeurs (proxad.free.services.messagerie) qui ont diligemment répondu à mon appel au secours, m'ont mise sur la piste des bonnes procédures à suivre, et guidée au fur et à mesure

dimanche je suis rassurée, je peux envoyer des mails, mais bizarrement certains restent encore bloqués et je n'ai pas clairement identifié pourquoi (tant pis !)

Lire la suite "[niguedouille] aide-toi, internet t'aidera" »


[e-lu] enjoy, premier roman de solange bied-charreton

chez Stock, 240 pages, janvier 2012 - Enjoy est une peinture de la « Génération Y », la net generation, jamais loin de ses écrans de contrôle, mais qui le perd, sincère à défaut d’être cynique, en proie au désoeuvrement dans l’enfer du voyeurisme — Charles Valérien est un jeune homme d’aujourd’hui. Il a hérité à vingt-quatre ans l’appartement de sa marraine à Passy. A décroché son premier emploi. S’est acheté des meubles sur Internet. S’est filmé en train de poser son parquet. Un beau début dans la vie, une vie qui n’a cependant de valeur que dans le virtuel. Pour lui comme pour ceux qu’il fréquente, c’est sur ShowYou, le réseau social le plus fréquenté au monde, qu’on s’exprime, qu’on existe et qu’on se montre sous son meilleur jour. Mieux, qu’on gagne le respect de ses supérieurs hiérarchiques.  Il rencontre au même moment Anne-Laure, dite « Al », étudiante à la Sorbonne, et les membres farfelus de son groupe de rock. Aucun d’entre eux ne possède de compte utilisateur sur ShowYou. Un monde existerait donc, en dehors d’Internet. C’est de ce monde, en plus d’Anne-Laure, dont le narrateur tombe amoureux.  Un danseur androgyne, une blogueuse en colère, une vieille dame asociale et un écrivain obèse, miroir déformé du jeune homme dans sa solitude, animent également cette fable contemporaine où le divertissement à tout prix n’a pas raison de l’ennui, où celui qui assiste à la vie des autres ne domine pas forcément la sienne, où l’ennemi n’est pas celui qu’on croit.Solange Bied-Charreton ? D’abord j’avais pas fait le rapprochement, shame on me!
Moi je connaissais Albertine, punk à diplôme (sic), dont le blog que j’aimais, abandonné, a fini mangé par les petits cochons chinois  !
Disparue encore, Albertine ?
Et puis l’autre jour dans le Nouvel Obs, une colonne entière dans la rubrique Livres, sa photo : Tilt ! mes neurones se sont reconnectés.
Stello, Albertine, Solange, joie ! Clic : Enjoy.ePub récupéré illico, dévoré subito.

Solange. Il faut dire que quatre années, l’écriture d’un premier bouquin, sa publication chez un grand éditeur, ça vous change évidemment. En 2008 j’avais brièvement mais agréablement croisé dans la vraie vie un gentil sosie d’Amy Whinehouse en jeune fille rangée et débarbouillée, et là sur le bandeau libraire, à 29 ans, c’est une belle femme brune au regard ibérique et fier, toujours sans fards, intimidante de gravité.

Lire la suite "[e-lu] enjoy, premier roman de solange bied-charreton" »


[interlude, 1] ma boîte à vos idées

crédit image : site "ils vienne à toi" du centre social Sud Vienne — un peu en panne d'inspiration pour écrire de nouveaux billets, je profite de ce temps mort sur mon blog pour essayer des trucs nouveaux (pour moi), comme ce générateur d'enquête...

 — c'est un jeu, merci de le jouer en pianotant ce qui vous passe par la tête et les doigts, dans les cases ci-dessous

— et peu importe (voire même le contraire) si vos contributions sont hors sujet, délirantes, sérieuses, drolatiques, etc.

Lire la suite "[interlude, 1] ma boîte à vos idées" »


[new] mes chroniques nabiennes sur kindle !

application Kindle pour iPhone et iPadJ'ai testé l'autopublication sur la plateforme K*ndle d'Amaz*n : Kindle Direct Publishing.

C'est ici.

Rien de moins coûteux pour l'auteur (c'est gratuit) ni plus simple et plus rapide à partir du moment où l'on dispose déjà d'un document à publier au format ePub.
Sinon il faudra passer par une moulinette ad hoc.
La marche à suivre est simple et bien expliquée.
C'est clairement une ouverture pour l'autoédition au format numérique.
Mais restera toujours la question de la promotion qui incombe totalement à l'auteur.
Et d'autres questions en vrac :

  • quels (gros) bénéfices pour Amaz*n ?
  • quels (if any) bénéfices pour les (petits) auteurs ?

Côté lecture, j'ai testé la consultation d'un extrait envoyé gratuitement sur mon iPad muni de l'application Kindle (disponible aussi pour iPhone). Ca marche bien. La conversion ePub au format Kindle a introduit quelques défauts mineurs dans la présentation de mon texte. Ça va me permettre de tester la révision d'un document publié !

Lire la suite "[new] mes chroniques nabiennes sur kindle !" »


[débat] pourquoi tant de e-haine ?

Frédéric Beigbeder prend la tête de la croisade contre le livre numérique

Hyene, enluminure, bestiaire d'Aberdeen (via google)C'est son dada de la rentrée littéraire, et il l'enfourche chaque fois qu'il en a l'occasion sur tous les médias où il est invité, c'est à dire très souvent. C'est bien ça le souci. Beau parleur, chaque fois, il rallie à sa cause les péquins béats autour de lui, comme l'autre soir : Guy Carlier, François de Closets, Natacha Polony et Audrey Pulvar qui opinaient du chef et brûlaient de s'engager sous sa bannière anti dématérialisation du livre en l'écoutant chez Ruquier. Tous admiratifs devant le Chevalier des Lettres en Papier qui annonce la fin de l'humanité lectrice et appelle à la révolte par voie de manifs et sittings dans la préface de son dernier opus.

Pas difficile d'imaginer que tous ceux, nombreux, qui n'ont jamais essayé de lire un livre numérique seront par avance dégoûtés de le faire en entendant ou en lisant Beigdeder. Par vertu du bouche à oreille, ses imprécations vont se répandre très facilement dans le grand public peu enclin à vérifier par lui-même. Heureusement, il existe l'andidote au poison, et c'est :
Après le livre, essai de François Bon

Lire la suite "[débat] pourquoi tant de e-haine ?" »


[niguedouille] promotion du 14 juillet 2011...

" Bienvenue parmi les chroniqueurs de ventscontraires.net..." (mon avatar sur ventscontraires) Blogueuse peu prolixe mais régulière et persévérante depuis décembre 2004. Dégagée de ses activités professionnelles antérieures en 2009. Sur son blog elle parle des gens qu'elle aime qui font des choses et des gens qui font des choses qu'elle j'aime.

Je n'aurais pas été plus fière en lisant mon nom ce matin au Journal Officiel avec ceux des promus dans l'Ordre de la Légion d'Honneur

 Et me voilà, moi, dessinée par l'excellent Stéphane Trapier, petite nouvelle tout juste bizutée rejoignant l'escadrille des chroniqueurs aguerris (et dont certains, prestigieux !) de cette chouette publication 2.0

Vais-je prendre le vent ? ou un bouillon ? en faire tout un plat ?

Pour le savoir... suivez-moi sur ventscontraires.net !


[ouèbe] curation du bois dont on fait les flûtes

attention : article avec des liens à cliquer, plus sérieux donc plus chiant que son titre barré ne le laisse accroire

Image: ‘The Great Dinosaur Museum Mystery‘ – Flickr CC Hier quand j'ai découvert via twitter la revue de sujet publiée par Mossieur Resse sur la plateforme de curation (sic)  scoop.it! , j'ai cru péter un anévrisme cérébral... d'admiration, de joie, de reconnaissance, et d'envie ! Feu d'artifice sous un crâne !

En un flash, j'ai vu se rétro-dérouler mes années professionnelles et compris (ou cru comprendre) que ça y était :  ces messieurs-dames du web 2.0, après avoir enterré le web sémantique, auraient inventé la web-documentation et la (ou le) web-documentaliste. Enfin ! Jamais trop tard pour bien faire.

Quelques lectures d'articles sur le sujet de la curation plus loin, j'en avais le cœur presque net. J'étais prête à parier (un peu) sur  l'avenir et la pérennité de ce qui apparaitra au début à certains comme yet another avatar des technologies de l'information.

Bon d'accord il y a un problème avec le terme en anglais : curation. Mais c'est juste un problème de cosmétique et de snobisme technologique.

Lire la suite "[ouèbe] curation du bois dont on fait les flûtes" »


[retour] comment twitter m'a sauver...

... et Mossieur Resse m'a doubler !

image de la publicité Chanel avec Audrey Tautou à Istanbul Hôtel Cornelia à Belek, Turquie, hier dimanche, quatre heures du matin, heure locale. L'amie golfeuse avec qui je partage la chambre vient de partir pour l'aéroport et l'avion charter qui la ramène à Nantes. La navette reviendra dans deux heures chercher les trois parisiens du stage. Bagages faits, ne pas me recoucher, ne pas me rendormir. Je ressort mon iPad du sac. Pas de nouveaux messages depuis la soirée, peu d'activité sur mon agrégateur de flux. Le tour des blogs que je lis régulièrement est vite fait et ne m'apporte pas la distraction nécessaire pour rester éveillée. Les minutes sont longues. Et puis soudain, Twitterific me sauve ! C'est quoi ce fil de jeux de mots laids mais hilarants qui prennent Frédéric Lefebvre pour tête de turc ? Je cherche pas à savoir. Le jeu qui dure apparemment depuis un certain temps déjà, est évident : déformer le titre d'une œuvre littéraire et le nom de l'écrivain, pour créer la cocasserie, l'absurdité qui font rire. Cinq heures trente. Pas vu passer cette dernière heure ! J'ai pas été très productive, seulement deux contributions, mais lire celles des autres et faire chauffer mes méninges pour trouver une bêtise à twitter, m'ont tenu parfaitement éveillée, et sans effort conscient. Juste le temps de descendre les sacs, prendre un café, et la navette de l'aéroport est là.

Lire la suite "[retour] comment twitter m'a sauver... " »