133 notes dans la catégorie "Weblogs"

[carnet] reconfineries, novembre 2020

où il ne sera que peu question d'actualité sanitaire, mais de gentils fantômes, et d'un blog oublié  :::  pas tout à fait des jaseries,lien ni un journal de (re)confinement, juste des miettes pour m'en souvenir plus tard ou pas  :::  aussi, l'occasion un peu sournoise de recycler d'anciennes notes (suivre les liens !)

Donc, pour les visiteurs/lecteurs du futur : après avoir été confinés le 17 mars,lien déconfinés le 11 mai, nous étions reconfinés le samedi 31 octobre pour une durée minimum de 4 semaines (qui sera allongée de 2 in fine)

samedi 31 octobre — j'écris sur le grand rézosocial (cliquer sur les images pour les voir plus grand) :

La Séparation du Couple, Max, cimetière Montparnassepas beaucoup de vert dans mon km2 autorisé, heureusement (litote) le cimetière montparnasse restera ouvert cette fois
ceci n'est pas une tombe, c'est un monument, mais j'ai eu beau tourner autour je n'ai pas trouvé le nom du sculpteur, juste une petite plaque qui indique que l’œuvre a été restaurée par la mairie de paris ; la sculpture est toute proche de la tombe discrète de Wolinski ; en cherchant le nom de l'artiste, j'ai aperçu, bien protégée, une modeste offrande florale : trois pétales rose-rouge (de quoi ?) maintenus par un caillou

Des lecteurs cultivés m'ont apporté une réponse : c'est une ancienne sculpture du Jardin du Luxembourg, déplacée pour cause d'obscénité (!). Intitulée La Séparation du couple, elle est signée d'un simple pseudo : Max (le sculpteur reste non identifié).
Pour moi la sculpture aurait bien illustré une nouvelle de Poe (mais laquelle ?), en fait il y bien celle de Maupassant, La Tombe (justement).

_______
note : j'emprunte sans son autorisation à Olivier Hodasava l'usage du séparateur ::: que je trouve infiniment plus élégant que mon pourtant très cher point virgule

Lire la suite "[carnet] reconfineries, novembre 2020" »


[carnet] jaseries automnales (septembre - octobre 2020)

où il sera question de sorties empêchées, de chambres à garder, de cages, et de quelques livres pour s'évader

Hotel Apollinaire, 39 rue Delambre 7514 Paris“ Ma chambre a la forme d'une cage ”
(à fredonner avec le petit accent swing de China Forbes !)

Depuis hier, grâce à Joseph Ponthus-Le Gurun(1) sur facebook, je sais d'où viennent la plupart des mots étranges du refrain de la chanson de Pink Martini (Je ne veux pas travailler, album Sympathique, 1997).
En 2017, j'avais zappé l'excellent articlelien de Gérard H. Goutierre pour Les Soirées de Paris, le blog  : “ Apollinaire ne veut pas travailler, il veut fumer . Tout y est pourtant bien expliqué et illustré !

Pour les réfractaires aux liens click and read, je recopie d'abord le poème(2) Hôtel de Guillaume Apollinaire, puis les paroles du refrain des musiciens de Portland, OR :

Ma chambre a la forme d’une cage / Le soleil passe son bras par la fenêtre / Mais moi qui veux fumer pour faire des mirages / J’allume au feu du jour ma cigarette / Je ne veux pas travailler — je veux fumer / Apollinaire, 1913

Ma chambre a la forme d’une cage / Le soleil passe son bras par la fenêtre / Les chasseurs à ma porte / Comme les p’tits soldats / Qui veulent me prendre / Je ne veux pas travailler / Je ne veux pas déjeuner / Je veux seulement l’oublier / Et puis je fume / Pink Martini, 1997

La surprise (pour moi) est jolie et valait bien une petite jaserie (pour vous).
________
1. Joseph Ponthus-Le Gurun a par ailleurs laissé entendre récemment que Henri Calet ne serait pas absent de son prochain livre, suspens... JPLG est l'auteur très remarqué de À la ligne (note de lecture du 9 janvier 2019), grand connaisseur d'Apo.
2. Hôtel  été mis en musique par Francis Poulenc avec quatre autres poèmes d'Apollinaire (Banalités, cinq mélodies pour voix et piano, 1940).

Lire la suite "[carnet] jaseries automnales (septembre - octobre 2020)" »


[mmxx] an nouveau, blog rechapé neuf, vœux

Tadam. J'ai longtemps cherché quoi écrire ici pour accueillir dignement la troisième décennie du XXIè siècle.
Heureusement, je me suis avisée à temps qu'elle ne commencerait que l'an prochain, le 1er janvier 2021 ! Ça me laisse le temps...  alors en attendant, j'ai choisi de changer de look (de blog). Rien de bien révolutionnaire, que du cosmétique, mais je me suis sacrément fait peur quand il a fallu cliquer sur “Appliquer” pour lancer le relooking des 850 et quelques articles (depuis décembre 2004) et leurs 3300 commentaires environ.
J'ai pas fouillé dans tous les recoins, il y aura sans doute encore du ménage à faire par ci par là.
Voilà. C'est mon petit cadeau (inutile comme il se doit) de nouvel an.

Par contre je souhaite très fort que mes vœux ne soient pas complètement inutiles et que 2020 (même pas palindrome, pfff !) vous comble, vous apaise, ou dépasse vos espérances, selon vos désirs.

Lire la suite "[mmxx] an nouveau, blog rechapé neuf, vœux" »


[carnet] mes jaseries d'avril

jaserie : subst. fém. [ʒɑzʀi], [-a-] ; synon. de babillage. La jaserie avant le langage est la fleur Qui précède le fruit (Hugo, Légende, t. 4, 1877, p. 857)

muguet (de jardin) à La Bretesche, 2019Il est revenu bien vite, le temps du muguet.

Mai me prend de vitesse : mon carnet d'avril est tout maigre, alors ce mois-ci ce sera une jaserie de récup, le recyclage d'un billet d'avril il y a dix ans, déjà...

En avant-propos, au débotté, la surprise que je viens d'avoir en trouvant dans Le grand n'importe quoi1 de Jean-Pierre Marielle sa déclaration d'admiration pour Henri Calet :

“ Son écriture me bouleverse, son attention à l'humanité, qu'elle le déçoive ou l'encourage, la limpidité de ses phrases, sa modestie désespérée, son attention aux autres, son honnêteté viscérale me touchent, sa poésie va au fond du cœur.
Vous n'imaginez pas l'état dans lequel me transportent ses livres. Si celui-ci doit servir une cause, que ce soit celle de son œuvre. Il est de mon devoir de partager cette passion. Vous me remercierez plus tard. ”

Le grand Jean-Pierre écrit encore, parlant de Calet : “ Né Américain, il aurait eu la notoriété d'un Raymond Carver. ”
————
1. avec Baptiste Piégay, Calmann-Lévy, 2010

Lire la suite "[carnet] mes jaseries d'avril" »


[maybe] jaseries à venir, ou pas

« [...] il vaut mieux rêver sa vie que la vivre, encore que la vivre ce soit encore la rêver [...] »   Chaque carnet possède des pages légèrement lignées, s'ouvre par une citation extraite de l'œuvre dont il est le reflet, signée du nom de l'auteur, et se clôt par un rappel de l'histoire de la collection blanche.
Carnet (collection papeterie Gallimard) Titre de Marcel Proust, repris en collection blanche en 1924

Je retrouve dans le fouillis de mon bureau ce beau carnet sous cellophane. Peut-être un cadeau que je voulais faire, mais j'ai oublié à qui.

D'où naît une vague idée pour redonner un peu de peps  et de sens au blogue de tilly :

  • prendre des notes le plus souvent possible, dans le carnet
  • une fois par mois, les transcrire et les mettre en forme pour en faire un article de jaseries ; par exemple fin octobre, sans doute plutôt début novembre, publier mes jaseries d'octobre.

Le ba-ba du diarisme... surtout pas me laisser intimider par les grands spécialistes du genre, qu'ils soient littéraires ou numériques, commencer petit et humble.

Si je l'écris ici, je sais que je vais m'efforcer de me tenir à ma résolution, même si sa mise en œuvre s'avérait moins ambitieuse au final que le projet.
Trimestrielle plutôt que mensuelle, par exemple !
On verra bien.

Bande annonce pour octobre : soirée Raskar Kapac avec Gabriel Matzneff, Marcel Zanini au Petit Journal, Baltringues Circus de Ludovic Roubaudi...

Restez branchés !

Lire la suite "[maybe] jaseries à venir, ou pas" »


[blog, newbie] le site de david rochefort, romancier

Nouveauté : je vais m'essayer à la chronique de blogs ou sites, ceux que j'aime, ceux que je remarque, ceux qui me passent par la tête, ceux dont j'aime le look, le ton, l'humeur, etc. ; ce sera sans méthode ni grille d'évaluation, sans tableau d'honneur ni classement, au feeling... ; je commence par ce qui me parait le plus facile : les blogs ou sites qui démarrent ; on peut y lire quasiment tous les articles à la file ce qui donne une bonne idée du contenu. Les newbies. Pour les oldies, on verra plus tard.

Cliquer sur l'image pour voir plus grand ; capture d’écran 2017-03-13 à 15.48.30Le 16 mars, le second roman de David Rochefort chez Gallimard sera en librairies.
C'est ce qui m'a mise sur la piste de son tout nouveau site (créé en juillet 2016).

>> sur la forme du site (wordpress)

La présentation est clean, sobre, classe (je suis jalouse). Simplicité, clarté, et bon goût.
- une bonne page "Qui suis-je ?"
- une page pour chaque roman : La paresse et l'oubli (avec en bonus, une cartographie du roman et sa "bande son"), Le point de Schelling (en construction)
- une page avec les retombées presse ; uniquement la presse ou les blogs professionnels ; pas les blogs "amateurs", dommage...
- la page "Accueil" sert de log des articles publiés, le plus récent apparait en tête : classique ; c'est la partie "blog" du site (voir les observations sur le contenu ci-après).
- une zone de recherche dans le site qui sera plus utile quand il y aura plus d'articles ; pour le moment la liste des posts récents et la liste des archives suffisent.

Lire la suite "[blog, newbie] le site de david rochefort, romancier" »


[punctum visus] sur les blogs : come-back ou relève ?

point de vueJe prends peut-être mes désirs pour des réalités, mais je trouve que ces temps-ci, ça ressuscite un peu côté blogs après les nombreux discours d'inhumation que je lisais la larme à l’œil ces dernières années.

Je ressens ça à des déclarations de blogueurs historiques qui annoncent se détourner (provisoirement ?) des rézosocios ; il y a eu très récemment Laurent, Vinvin, Stephie, pour le tout petit coin de blogosphère que je connais depuis longtemps, ce qui par extension pourrait signifier que la tendance est plus générale.
Par exemple ce que MaO touite ce dimanche me ravit : “ Je suis sur le point de reprendre un nouveau blog. Les billets se préparent... J'attends d'en avoir une dizaine pour repartir dans l'aventure. ”
D'autres n'ont jamais décroché, heureusement, et n'ont même pas réduit, ou à peine, leur fréquence de publication, chapeau ! Comme ceux (pourtant très différents !) de Didier Goux, Marie-Françoise, Gilda, Bigmammy. Je ne parle pas de tous les blogs ; pas des blogs de lecture (dits à tort blogs littéraires), ni politiques, ni....
— Alors de quoi tu parles ?
Je parle de ceux qui ont peu à peu disparu et que je regrette : les blogs avec des chroniques, des points de vue, des anecdotes, du style, mais sans thème ni format précis, variés, et avec une ligne éditoriale souple ou inexistante ! Et surtout très personnels et qui ne ressemblent pas à des boutiques. Des blogs d'amateurs et de certains professionnels (écrivains, journalistes) qui ne se prennent pas trop au sérieux.
 — Conclusion ? tu crois que ce frémissement, si toutefois il existe bien, est annonciateur d'une reprise, ou alors d'une rémission avant extinction ?
Qui bloguera verra.

Lire la suite "[punctum visus] sur les blogs : come-back ou relève ?" »


[blogologie, bis repetita] ami blogueur prend garde à tes illustrations, toujours et encore

 statistiques de fréquentation du blogue de tilly : 1800 pages vues dans le mois, avec un pic de fréquentation quotidienne à 175 pages vues le 27 janvier (audit de l'ADAGP !)L'an dernier, le 5 février 2015, j'avais lancé ici lien une note plaintive concernant le prix à payer pour illustrer mes petits articles en utilisant l'image d'une œuvre pas encore libre de droits (peinture, sculpture, photo, affiche d'exposition) lien .

Je réitère, mais cette année je n'ai pas été surprise en constatant  le 27 janvier, une augmentation considérable du nombre de pages vues sur mon blog. L'organisme qui collecte les droits d'auteurs d’œuvres graphiques était passé par là, je le savais. Deux jours plus tard, je recevais la facture (120 euros HT pour un an) !

Cette fois-ci j'ai décidé de faire un point sérieux quant aux illustrations en cause (au nombre de 14, toutes au format vignette) et de prendre si nécessaire la difficile décision de me débarrasser de ces coûteuses images.

Lire la suite "[blogologie, bis repetita] ami blogueur prend garde à tes illustrations, toujours et encore" »


[blogologie] blogueur, prends garde à tes illustrations

Image 17Je me suis fait berner cette fois encore : soudain, à la mi-janvier, pendant deux jours, la courbe du nombre des pages vues par jour de ce blogue décolle, monte en flèche vers des sommets rarement atteints, ou alors il y a très-très longtemps... excitation, expectative, qui c’est ? qui sont-ce ? Le jour d’après : c’est fini, le fol espoir retombe aussi platement et définitivement que la courbe qui retrouve son profil bas, très-très bas.


Ce matin au courrier, j’ai compris. J’avais complètement oublié que comme en chaque début d'année, l’ADAGP lien relève les compteurs et adresse les factures de droits de reproduction d’œuvres protégées à ses “clients” autorisés. En allant vérifier une fois par an les illustrations de mes 745 articles, l’ADAGP participe pour une part non négligeable au petit trafic sur mon blog, et affole mon compteur de visites ! Qu’elle soit remerciée pour ça même si ça ne compense pas vraiment le reste.

Lire la suite "[blogologie] blogueur, prends garde à tes illustrations" »


[lu, #MRL14] le complexe d'eden bellwether, roman de benjamin wood

éditions Zulma,lien août 2014, 499 pages, 23 euros 50

4ème de couverture : Cambridge, de nos jours. Au détour d’une allée de l’imposant campus, Oscar est irrésistiblement attiré par la puissance de l’orgue et des chants provenant d’une chapelle. Subjugué malgré lui, Oscar ne peut maîtriser un sentiment d’extase. Premier rouage de l’engrenage. Dans l’assemblée, une jeune femme attire son attention. Iris n’est autre que la sœur de l’organiste virtuose, Eden Bellwether, dont la passion exclusive pour la musique baroque s’accompagne d’étranges conceptions sur son usage hypnotique… Un bon gros roman pour le Bout-de-l'An : c'est ce qu'il me fallait et je l'ai eu ! Grâce aux Matchs de la Rentrée Littéraire lien et à Amélie lien qui a généreusement fait voyager son livre jusqu'à moi. Merci !

Qu'est-ce qui cloche chez Eden Bellwether ?
Lorsque Oscar Lowe fait la connaissance d'Eden Bellwether à Cambridge, celui-ci est un étudiant très doué, reconnu pour ses talents musicaux précoces et exceptionnels. Oscar est amoureux d'Iris, la sœur d'Eden. Introduit dans le petit cercle de leurs amis, il perçoit vite l'étrangeté du jeune homme et l'inquiétude concernant sa santé mentale qu'Iris ne tarde pas à lui faire partager.

Lire la suite "[lu, #MRL14] le complexe d'eden bellwether, roman de benjamin wood" »