3 notes dans la catégorie "Rochefort (David)"

[lu] nous qui restons vivants, roman de david rochefort

Éditions Gallimard, mai 2019,lien 189 pages, 17 euros 50

en 4ème de couve : «Longtemps, Sacha et moi avions été inséparables. Nous nous étions choisis pour grandir ensemble. C’était il y a quinze ans. De cette période, il ne me reste plus que quelques visages aux contours flous : mes parents adoptifs, qui s’occupaient si peu de moi ; Vadim, le père de Sacha, un colosse, un écrivain, qui croyait être l’éminence grise d’une mairie communiste ; Olga, la mère de Sacha, universitaire issue d’une famille de Russes blancs ; quelques amis, que j’avais cessé de fréquenter. J’avais cherché à enfouir ces souvenirs pour refaire ma vie, renaître ailleurs. J’habitais désormais avec Maïa et mon fils Ilias. J’avais un métier que je ne comprenais pas, effectuant des tâches dénuées de sens, sous les ordres de celui qu’on surnommait le Caporal. Je ne parlais plus à personne. En quelque sorte, j’avais réussi à m’arracher à mon passé et à faire de mes journées une surface lisse, sans événements et sans émotion.  Pourtant, ce matin-là, quand Maïa me tira de mon lit à l’aube et me chassa sans que je sache de quel crime j’étais coupable, je sus que cette journée ne serait pas comme les autres. Vadim, Olga et Sacha allaient revenir dans ma vie, de la plus étrange des façons.» — David Rochefort est né à Paris en 1980. "Nous qui restons vivants" est son troisième roman publié par les éditions GallimardDavid Rochefort n'a pas donné de nom au narrateur de 45 ans dans Nous qui restons vivants (beau titre !), son troisième roman.
Par pure commodité je m'autorise hardiment (mais indûment, pardon) à le baptiser [Antoine] dans cette note de lecture : ça m’épargnera les mentions impersonnelles comme héros, personnage central, conteur, protagoniste principal, etc..

En se retournant sur son passé [celui qui ne s'appelle pas Antoine] distingue trois périodes inégales ; celle du milieu est la seule qui lui parait digne d'avoir été vécue, c'est aussi la plus courte, une parenthèse intense : cinq à dix ans, pas plus, d'amitié estudiantine entre Nanterre et le Quartier latin avec le brillant Sacha et son entourage familial et amical. Avant, c'était une enfance tristoune à Puteaux, des parents adoptifs plutôt absents et pressés de se débarrasser de lui dès sa majorité. Après, c'est une petite vie de famille rétrécie, une femme, un garçonnet, et un boulot : anesthésiant au mieux, destructeur au pire. Mais c'est son choix, il assume : il s'est isolé volontairement, coupé de ses amis, pour se sauver d'une menace existentielle diffuse. Il s'accroche à son travail de bureau aliénant, bien décidé à résister le plus longtemps possible au harcèlement d'un chefaillon obtus et aux interactions stériles avec ses collègues. Ce matin-là pourtant, quinze ans après sa rupture avec Sacha, sa routine d'évitement vole en éclats quand il lit dans le journal l'avis du décès à l'âge de soixante-cinq ans de Vadim Mouchkine, le père de son ami.

Lire la suite "[lu] nous qui restons vivants, roman de david rochefort" »


[lu] le point de schelling, roman de david rochefort

Gallimard, Collection Blanche, mars 2017,lien 224 pages, 18 euros 55

4ème de couverture — Avec Le point de Schelling, David Rochefort poursuit son étude d’une génération contemporaine désorientée.  Son personnage, Nissim, oscille entre inertie et agitation, espoir et désespoir. Écrivain par hasard, menteur par jeu, voyageur par lâcheté, son drame est d’être incapable de choisir. Tout à la fois auteur d’une œuvre qui finit par le dévorer et antihéros de sa propre vie, Nissim cherche par tous les moyens à combler un vide. Avec Alba, il croit avoir trouvé une partenaire de rêverie. Mais celle-ci se révèle insaisissable, fuyante, échappant constamment au rôle qu’il entend lui faire jouer.  Que ce soit en Espagne, où il cohabite avec un étrange sosie de Dalí qui rêve de Ceausescu, ou à Paris, partout Nissim cherche à diriger sa vie comme on mettrait en scène une pièce de théâtre. Sans se faire d’illusions, il écrit pour essayer de sauver son couple, s’enfonce dans le mensonge. Il en est réduit à craindre des ombres, à se confronter aux spectres de son passé. Mais quand on n’arrive plus à croire en rien, l’imagination ne constitue-t-elle pas un dernier refuge ?À vingt ans, Nissim a écrit un roman, avec ses tripes, d'un seul jet.
Mais lorsqu'ils lisent le manuscrit, ses parents n'apprécient pas du tout, se fâchent, et coupent les vivres à leur fils unique.
Pourtant il a bonne conscience car il est persuadé n'avoir rien mis d'autobiographique dedans.
D'ailleurs lorsqu'il se présente, il invente pour chaque nouvel interlocuteur une histoire familiale différente, des origines étonnantes, une enfance bouleversante.
Il vit de petits boulots, est finalement publié, mais son livre ne lui rapporte rien.

Tirant le diable par la queue, il traîne, il dérive, attendant la bonne occasion de refaire sa vie, loin de Paris.
À l'hôtel borgne près de la Gare du Nord où il est veilleur de nuit, il tombe amoureux d'Alba, réceptionniste le jour. Sac au dos, il partent ensemble pour la Costa Brava, le soleil, le farniente, l'aventure rêvée.

Ça c'est le synopsis à très gros traits de la première partie du roman,  intitulée “ Vie de Nissim ”. Avec les titres des deux suivantes, “ Le livre de Nissim ” et “ Le livre de l'exil ”, on s'attendrait presque à lire l'histoire d'un prophète ou d'un saint ! Preuve si l'en fallait de la malice de l'auteur, de son humour à froid. Car Nissim est un drôle de type pas très sympathique qu'on a du mal à plaindre (à sa décharge, il ne cherche jamais à se faire plaindre).

Lire la suite "[lu] le point de schelling, roman de david rochefort" »


[lu] la paresse et l'oubli, roman de david rochefort

Un heureux présage ? Les parents de David avaient réuni chez eux leurs amis pour fêter la sortie chez Gallimard cette semaine du premier roman de leur dernier fils. J'y étais. Cela se passait... rue Stendhal !

David Rochefort a vingt-neuf ans et vit à Paris. La paresse et l'oubli est son premier roman.

La paresse et l'oubli, David Rochefort, éditions Gallimard, collection Blanche, 260 pages, janvier 2010

« C'est Patrick Modiano qui a transmis à Gallimard le premier roman de David Rochefort » qui vient de sortir en librairie, indique Le Figaro. « Plutôt que de l'adresser à des éditeurs, le jeune homme avait envoyé son manuscrit à l'écrivain qu'il admire. »

mise à jour du 28 mai 2010 : nomination pour le Renaudot qui sera décerné début novembre !

Lire la suite "[lu] la paresse et l'oubli, roman de david rochefort" »