92 notes dans la catégorie "Parisianismes"

[carnet] mes petites jaseries de mars, numéro spécial philippe jaenada

jaserie : subst. fém. [ʒɑzʀi], [-a-] ; synon. de babillage. La jaserie avant le langage est la fleur Qui précède le fruit (Hugo, Légende, t. 4, 1877, p. 857)

"The Ladder to the Moon, Spring Equinox", peinture de James Lynch, www.james-lynch.co.uk  — mon amie Kate, sa femme, est aussi peintre et également talentueuse : www.katelynch.co.uk
"The Ladder to the Moon, Spring Equinox" (c) James Lynch

Je commence à composer ce billet de mars le dimanche soir (20 heures 50, heure d'été), dernier jour du mois, mais je pressens qu'il ne va pas “partir” avant deux trois jours, et qu'il ne fera pas une taille xxl...

Hier (samedi 30 mars, donc) j'étais à la Maison de la Poésie lien à 10 heures (heure d'hiver) du matin.
Drôle d'horaire pour une rencontre littéraire.
Pourtant la salle est bien remplie. Les participants sont un peu engourdis comme le remarque Philippe Jaenada, goguenard, en posant son impérissable sac matelot écossais à ses pieds sur la scène :
— Vous pouvez parler entre vous !
Voix, physique, style, tout s'accorde dans la gamme costaud et solide, sans fantaisie inutile (à part le sac et une broche/clip que je n'ai pas identifiée).
J'ai déjà entendu PJ une ou deux fois, mais j'en redemande, alors trois heures de master class, j'allais pas rater ça.

Lire la suite "[carnet] mes petites jaseries de mars, numéro spécial philippe jaenada" »


[maybe] jaseries à venir, ou pas

« [...] il vaut mieux rêver sa vie que la vivre, encore que la vivre ce soit encore la rêver [...] »   Chaque carnet possède des pages légèrement lignées, s'ouvre par une citation extraite de l'œuvre dont il est le reflet, signée du nom de l'auteur, et se clôt par un rappel de l'histoire de la collection blanche.
Carnet (collection papeterie Gallimard) Titre de Marcel Proust, repris en collection blanche en 1924

Je retrouve dans le fouillis de mon bureau ce beau carnet sous cellophane. Peut-être un cadeau que je voulais faire, mais j'ai oublié à qui.

D'où naît une vague idée pour redonner un peu de peps  et de sens au blogue de tilly :

  • prendre des notes le plus souvent possible, dans le carnet
  • une fois par mois, les transcrire et les mettre en forme pour en faire un article de jaseries ; par exemple fin octobre, sans doute plutôt début novembre, publier mes jaseries d'octobre.

Le ba-ba du diarisme... surtout pas me laisser intimider par les grands spécialistes du genre, qu'ils soient littéraires ou numériques, commencer petit et humble.

Si je l'écris ici, je sais que je vais m'efforcer de me tenir à ma résolution, même si sa mise en œuvre s'avérait moins ambitieuse au final que le projet.
Trimestrielle plutôt que mensuelle, par exemple !
On verra bien.

Bande annonce pour octobre : soirée Raskar Kapac avec Gabriel Matzneff, Marcel Zanini au Petit Journal, Baltringues Circus de Ludovic Roubaudi...

Restez branchés !

Lire la suite "[maybe] jaseries à venir, ou pas" »


[ma vie] minuscules traumatismes et tout petits bonheurs parisiens

Capture d’écran 2017-11-29 à 08.29.28La Hune a brûlé, mais ce n'était plus une librairie, c'était devenu une galerie photos.
L’œil écoute sur le boulevard Montparnasse, une vraie librairie, a failli couler, et est encore loin d'être saine et sauve.
La rue Monsieur le Prince est envahie de restaurants asiatiques à l'appellation d'origine très questionnable, vietnamiens, japonais, coréens (une exception remarquable : Polidor, depuis 1845).
Le Starbucks Odéon est minable ; pour consommer il faut grimper un escalier signalé comme dangereux, ou se geler sur le trottoir.

Ma gym a changé de quartier. Du carrefour Vavin au Quartier Latin. D'un côté à l'autre de l'intemporel jardin du Luxembourg.
Mes copines de tapis de sol et moi peinons encore à trouver nos marques (trajets, petites bouffes, troquets).
Nous aimions bien les rues Delambre, Bréa, Notre-Dame-des-Champs, Grande-Chaumière.

Cette semaine j'ai trouvé la parade pour éviter l'épouvantable carrefour Edmond-Rostand, ses maxi fast-foods, les travaux du RER.
Je descends à l'arrêt de bus devant le Sénat et je contourne le théâtre de l'Odéon.
La place semi-circulaire, joliment restaurée, est calme, on n'entend aucun bruit ; quand le ciel est bleu, on se croirait dans le poème de Verlaine.

Lire la suite "[ma vie] minuscules traumatismes et tout petits bonheurs parisiens" »


[balade] juillet à saint-germain-des-prés

billet inspiré dans l'ordre d'apparition par : Eric Naulleau, Jean-Paul Caracalla, Alain Bonnand, Stéphan Lévy-Kuentz

La rue Taranne sur le plan Turgot vers 1734 - source WikipédiaUn jour à la télé, j'ai entendu l'excellent Eric Naulleau raconter avec gourmandise ce qu'il faisait chaque année pour son anniversaire : il s'accorde une journée rien qu'à lui, dehors, à pied, dans Paris, au hasard, ne dit rien à personne, ni avant, ni après.

J'ai flashé sur cette idée de célébration solo, d'autant que je ne me souviens pas que le chroniqueur ait dit qu'il s'interdisait tout à-côté festif familial ou amical par ailleurs ! Cette année, j'ai eu le souper fin, les fleurs, les déjeuners-copine, une bougie rose dressée sur un pain au lait par ma toute petite fille, une sortie au théâtre, des messages qui ne doivent rien à la base de données et aux algorithmes de Zuckerberg (je n'y ai pas déclaré mon #bday !), et un livre (dont il sera question plus loin). Déjà fort bien gâtée.

Mais restait mon self-anniversaire... Puisque j'en parle ici, c'est que je n'ai pas suivi jusqu'au bout le rituel Naulleau !

Lire la suite "[balade] juillet à saint-germain-des-prés" »


[balade] april à paris

aux Tuileries, place Colette, au jardin du Palais-Royal

conversations (sièges pour les) poétiques au Palais RoyalÇa déambule calme et béatement ce matin d'avril, aux Tuileries.
Contournant le bassin côté Louvre, je remarque venant vers moi, la silhouette androgyne d'un tout jeune Japonais1 seul, ce qui est déjà un sujet d'étonnement.
J'ai à peine le temps de mieux détailler son élégance qu'il est assailli par une volée de fillettes aux pépiements typiquement britanniques ; des school girls fraîches et rieuses aux cheveux brillants.
La suite est prévisible : chacune vient poser avec le garçon pour un selfie, puis dégage en sautillant pour laisser la place à la suivante.
Je dépasse le petit groupe à regret, et laisse les jeunes filles à leur transe de groupies émoustillées, sans avoir pu comprendre si le jeune homme à la veste noire et brandebourgs dorés était ou non la vedette d'un boys band nippon !

Continuant en direction de la place Colette, il me revient un souvenir, hum lointain... c'est à cause de ces petites...
J'avais leur âge quand, avec ma grande amie Katia et nos correspondantes anglaises, nous avons visité Windsor... et Eton dont les rues étaient envahies de garçons en frac et canotier, à notre stupéfaction amusée.
C'est Katia qui avait eu le courage de demander à deux Etoniens en grand uniforme d'accepter d'être photographiés ; et si l'une de nous a posé avec eux, c'est Katia, pas moi, bien trop shy...
Mais l'histoire ne s'arrête pas là ; Katia a épousé un Anglais, Mark, et vécu longtemps dans une fort jolie maison du Sussex ; un jour qu'elle recevait des voisins, elle raconte l'anecdote des petites françaises à Eton, et voit un des convives s'agiter... elle va chercher l'album où elle a soigneusement gardé le tirage de la fameuse photo, et l'ancien d'Eton se reconnaît dessus !!!!
______
1. si jeune ! et déjà ponais !

Lire la suite "[balade] april à paris" »


[balade, coup de gueule] le nouveau marché saint-germain à paris

Marché Saint-Germain (de Blondel) en 1834Il y a quelques jours je découvre, fort dépitée, la nouvelle "version" du marché Saint-Germain (Paris 6, Saint-Sulpice, Mabillon).
La précédente configuration, que j'aimais bien, aurait été jugée responsable de la perte de vitesse d'un espace commercial introverti (sic). D'où la transformation radicale...

extraversion des commerces sur les arcades et donc sur le quartier ” (sic)

Extraversion, c'est pas moi qui le dit ! C'est le terme choisi pour la présentation du projet de restructuration du Marché Saint-Germain.lien

Tout ça pour dire que les boutiques (extraverties, donc) ne seront maintenant accessibles que par leurs entrées sur rue donnant sous les arcades ; plus de circulation intérieure ; on entre et on ressort d'une boutique par l'extérieur, en longeant les côtés du marché.

Perdu : l'aspect galerie, passage parisien ; le badaud reste dehors (protégé, soit), il circule sur le trottoir d'une rue continue en carré où il n'y aurait des boutiques que d'un seul côté (rues Mabillon, Clément, de Seine, Lobineau).

Lire la suite "[balade, coup de gueule] le nouveau marché saint-germain à paris" »


[expos] diego velazquez et marc-edouard nabe... au grand palais

“ les sujets [de Velázquez] nous scrutent du plus profond de leur état d'êtres humains portraiturés par un grand peintre ” — Marc-Edouard Nabe in: Inch'Allah, Journal intime 3, 1993

couverture du catalogue de l'exposition

Lorsqu'il écrit son premier "roman" Le Bonheur en 1988, Marc-Edouard Nabe y met beaucoup de son admiration-passion pour ses peintres préférés dont Velázquez fait évidemment partie. Mais c'est dans le Journal intime que j'ai choisi un extrait (voir dans la suite de cette note) : l'écrivain commente une exposition de peintres espagnols au Grand Palais, justement, mais en 1987.

Un peu plus tard et plus loin dans Kamikaze (volume 4 du Journal intime, pp. 2734-2738 , 2000) il y a longue analyse comparée passionnante des Ménines de Picasso et de Velázquez. En 2015, Les Ménines ne sont pas au Grand Palais, mais Nabe y est !

En sortant de l'expo aux Galeries Nationales, j'ai fait un tour sous la nef du Grand Palais où se tenait pendant trois jours le Salon du Livre Rare ; j'y allais surtout pour voir les portraits d'écrivains par Marc-Edouard Nabe, accrochage de la Librairie Eric Fosse (littérature et manuscrits XIXè et XXè siècles)...

Lire la suite "[expos] diego velazquez et marc-edouard nabe... au grand palais" »


[évocations] la mémoire de clara fout l'camp, berthet revient, nabe est toujours là...

billet inspiré par la lecture de La mémoire de Clara, roman de Patrick Besson, aux éditions du Rocher,lien août 2014, 213 pages, 16 euros 90

4ème de couverture (rédigée par l'auteur) : En 2060, Clara Bruti, veuve du président Brancusi (1955-2035), a décidé d'écrire ses mémoires. Agée de 93 ans, elle est malheureusement atteinte de la maladie d'Alzheimer et a recours aux services d'un nègre : Aimé Boucicaut, jeune écrivain à succès pourchassé par le fisc. Ensemble, très ensemble même, ils revisitent le XXè et le XXIè siècles, au cours desquels tant de choses ont changé dans notre petit monde terrestre.Patrick Besson est un coquin qui ne ménage rien pour se faire plaisir en écrivant. Surtout pas sa peine, son énergie, ni son talent.

Les pisse-froids, - ou les gentils naïfs, ou les neuneus qui confondent avec un autre Besson - ceux qui croient dur comme fer aux promesses d’une quatrième de couverture (ici, rédigée par l’auteur) ou qui ont lu à la rentrée son hilarante auto-promotion parue dans Le Point lien auraient dû se méfier et ne pas acheter son livre au lieu de crier après à l'imposture et à la facilité. A la rigueur on peut comprendre qu’ils fassent la fine bouche amère en découvrant une courte pochade torchée avec brio et menée à un train d'enfer. Et encore... rien qu’à ce niveau-là de lecture, c’est très marrant vous verrez.

D’autres blogueurslien et chroniqueurslien ont fait d'excellents résumés de La mémoire de Clara, allez-y voir  (et comme d'hab' : on peut lire la quatrième de couverture, en passant le mulot sur l’image à gauche)

Lire la suite "[évocations] la mémoire de clara fout l'camp, berthet revient, nabe est toujours là..." »


[vu] l'exposition rétrospective niki de saint phalle

au Grand Palais,lien du 17 septembre 2014 au 2 février 2015


. catalogue de l'exposition, collectif sous la direction de Camille Morineau, editions RMN, septembre 2014, 368 pages, 50 euros.. en revenant de l'expo, j’ai rouvert l’album d’images et vu plus de choses encore que la première fois, et différemment.

D’abord dans les premières pages, le décor de Commune-Ville, je le reconnais évidemment maintenant : c’est le Jardin des Tarots lienen Toscane, bien sûr. Ce village “comme les autres”, où les enfants sont heureux car ils peuvent courir partout, se cacher, grimper sur les sculptures-maisons multicolores, glisser sur leurs courbes douces comme sur des toboggans. J’ai bien reconnu L’Impératrice, Le Sphinx, L’Empereur, toutes les cartes !

Et puis j’ai aussi reconnu Bluke, le petit chien malin qui aide les enfants Joe et Lita à retrouver la trace des jouets perdus empruntés par le pauvre monstre sans amis qui s’ennuie tout seul.

Lire la suite "[vu] l'exposition rétrospective niki de saint phalle" »