202 notes dans la catégorie "Hum[o|e]ur"

[historiette] sur les nerfs

250px-Much_Ado_Quarto (sur wikipedia) : Couverture du premier in quarto (1600) aka "Beaucoup de bruit pour rien"

Le panneau de circulation des métros indique 7 minutes avant le suivant, direction Mairie d’Issy. En milieu d’après-midi le quai n’est pas bondé. Deux circonstances qui font que j’ai le temps de remarquer le comportement hyperactif d’une voyageuse ; d’autant plus qu’il contraste franchement avec la tranquillité morne et figée des autres figurants de la scène.

Grande, jeune et belle, des cheveux blonds lâchés en crinière secouée au rythme des pas claqués qui la font passer et repasser devant moi. Évidemment elle téléphone. Fort. Si elle ne bougeait pas tant, je pourrais mieux saisir ce qu’elle clame :

— l’ambiance qu’y'a, tu peux pas savoir (...)
— ils sont tous énervés (...)
— et puis sur Canal, tout à l’heure Cohen a encore tapé sur Taddeï (...)
— moi, c’est pas ça qui m’énerve (...)
— mais alors lui, je te dis pas, son état, il était énervé, oh là là (...)

Lire la suite "[historiette] sur les nerfs" »


[métro] la chanteuse, le sale type, et les policiers

800px-Metro_de_Paris_-_Ligne_4_-_Couloir_à_Montparnasse
Vue d'un couloir du métro de Paris à Montparnasse Bienvenüe sur la ligne 4 du métro de Paris, Greenski, Wikimedia Commons

Mon amie Stefanie est soprano colorature. Parfois on l’entend chanter dans les couloirs du métro, à Pasteur. La jeune femme, chanteuse accréditée par la RATP, vient là pour travailler sa voix, mettre en place les nouveaux morceaux d’un récital, profiter de l'acoustique et d’un public varié mais le plus souvent conquis, attentionné, et admiratif.

Sauf hier en plein après-midi.

L’homme qui s’est planté devant la chanteuse pour ricaner méchamment devient agressif quand Stefanie lui intime de passer son chemin. Et les mots deviennent des gestes. D’une claque, il lui ouvre la lèvre. La chanteuse s’arme alors... de son téléphone pour photographier l’agresseur. Qui s’en empare, file et emprunte le couloir vers le quai. Stefanie rattrape l’individu au moment où il essaie de monter dans la rame. Elle lui arrache le téléphone et retient comme elle peut la fermeture des portes en appelant les voyageurs à la rescousse. Pas un franc succès immédiat, mais ses cris finissent par convaincre quelqu’un de tirer l’alarme pour empêcher la rame de repartir et déclencher l’intervention des agents de sécurité.

Un incident malheureusement banal pour qui fréquente les transports parisiens. Ce qui est moins attendu, c'est la suite donnée par les autorités...

Lire la suite "[métro] la chanteuse, le sale type, et les policiers" »


[bilan] courrier de mes lecteurs

via google imagesCe matin je reçois le commentaire de Dreamerlien sur un billet posté il y a presque un an. Un gentil rappel à mes devoirs : j'avais promis une restitution des résultats de l'espèce d'enquête narcissique que j'avais eu le toupet de pondre :
— pourquoi ? quand ? comment ? lisez-vous le blogue de tilly ?
Evidemment je n'avais pas été tsunamisée sous les réponses (7), mais c'était pas une raison non plus pour les garder hypocritement (honteusement ? modestement ?) sous mon tapis de souris.
D’autant... qu’elles étaient chouettes ces réponses, gentilles, amusantes, pertinentes, voire impertinentes 

... que le système d’enquête google Drive est pas mal fichu du tout, et que la présentation résumée des résultats est plutôt classe (je donne le lienici, mais aussi des extraits dans la suite de ce billet)
... que 2012 se débine !
... que les relire un an plus tard est source de rigolade teintée de gratitude et d’émotion et que cela servira de bilan annuel tout prêt à poster ! alors... vive 2013 !

Lire la suite "[bilan] courrier de mes lecteurs" »


[niguedouille] bon anniversaire, mon blog !

huit ans de bloguage... un peu plus de 650 notes ; beaucoup moins de commentaires qu'à la belle époque des blogs encore rares ; aujourd'hui la concurrence est rude avec les réseaux sociaux, facebook, twitter !
p'tain 8 ans !

 vendredi 10 décembre 2004 : comment je me suis mise à bloguer lien

“ Un coquetèle de plein d'envies et raisons diverses. Et surtout, cela faisait quelque temps que j'admirais les weblogueries d'amis très doués, en me disant qu'en plus ils avaient l'air de pas mal s'amuser ce faisant.

Ce premier blogue va me servir de bac à sable pour éprouver ma résistance à l'exercice. Déjà, je sais que je n'entrerai pas en compèt avec les grands blogueurs, et que publier 1 à 2 notules par semaine me semble être une ambition raisonnable pour le moment. A mardi donc, peut-être. ”

Lire la suite "[niguedouille] bon anniversaire, mon blog !" »


[niguedouille] elle voit delpy partout...

ce matin dans mon quartier, en sortant de la boulangerie

Albert Delpy, absolument tel que je le vois quand je le croise dans les rues de mon quartier !— Ça alors : encore vous Monsieur Delpy ! Figurez-vous qu'hier j'étais dans une pizzeria de la rue de Mézières et je vous ai vu passer dehors, j'ai même dit à l'amie avec qui je déjeunais : “ Tiens c'est Albert Delpy, le père de Julie Delpy, c'est marrant, je le croise souvent dans la rue... ” et puis justement ce matin, je retombe sur vous ! En plus je viens de voir Le Skylab il y a quelques jours sur Canal. La dernière fois qu'on s'était parlé vous m'aviez un peu tancée parce que ne l'avais pas encore vu. Vous aviez raison. Quel joli film ! J'ai beaucoup pensé à Marie [Pillet] votre femme, que votre fille interprète et à qui le film est dédié.
— Oh oui, et ma mère... qui est morte il y a juste deux semaines... à cent ans ! C'est Bernadette Lafont qui jouait son personnage dans le film de Julie.
— C'est drôle tout de même que je vous croise dans la rue comme ça tout le temps, on habite le même quartier d'accord, mais c'est drôle ! Bon il y a aussi votre look... reconnaissable... enfin moi je le reconnais !

Lire la suite "[niguedouille] elle voit delpy partout..." »


[niguedouille] aide-toi, internet t'aidera

mail.SEND_FAILURE — où comment une grosse galère de temps en temps ébranle (un peu) mon optimisme béat devant les nouvelles technologies, mais pas (trop) ma confiance dans l'entraide entre internautes !

mercredi 27 juin je m’aperçois que je ne peux plus envoyer de mail — panique — je touite cliquer pour agrandirmon inquiétude en vain

jeudi la situation n’a pas changé — mes appels au secours sur twitter n’ont eu aucun écho, pas plus que mes sondages éperdus dans les forums d’utilisateurs à la recherche de témoignages décrivant des blocages ressemblant au mien — je râle toujours, mais je ne me résous pas à liquider mon compte et à changer d’adresse — trop d’ancienneté, et puis ce compte me sert à m’identifier sur de nombreux sites commerciaux ou administratifs

vendredi après bien des essais ratés, je parviens à configurer Thunderbird et à m’abonner au forum de news ad hoc, celui que conseille le fournisseur de service tout en bas d’une FAQ découverte au hasard de mes navigations de plus en plus énervées — j'y explique mon problème — les réponses sont rapides, pas trop ardues à déchiffrer, je reprends espoir

samedi : ouf... j'entrevois la solution — merci aux quatre ou cinq forumeurs (proxad.free.services.messagerie) qui ont diligemment répondu à mon appel au secours, m'ont mise sur la piste des bonnes procédures à suivre, et guidée au fur et à mesure

dimanche je suis rassurée, je peux envoyer des mails, mais bizarrement certains restent encore bloqués et je n'ai pas clairement identifié pourquoi (tant pis !)

Lire la suite "[niguedouille] aide-toi, internet t'aidera" »


[anticipation] dis-moi grand-mère...

Pour son grand pique-nique estival au Parc de Bercy le dimanche 1er juillet,lien Babelio proposait un jeu d'écriture sur le thème de la rencontre.
Voici ma petite histoire dont les personnages se reconnaîtront un jour sans doute, vers l'an 2050, si ce blog existe toujours.

 >>> dimanche 1er juilletlien : and the winner is... me!


La Rencontre — (c) Stefany Tremblay / Eruoma Awashish - Acrylique sur toile 2008— Mammy, raconte-moi comment tu as rencontré grand-père.

— Heu... tu sais ma petite fille, les choses ont beaucoup changé. Il faudrait que je te parle d’un temps et d’un mode de vie que tu ne peux même pas imaginer.

— Allez grand-mère, je suis plus un bébé, accouche !

— Tu l’auras voulu : ton grand père et moi, nous nous sommes rencontrés dans la vie réelle...

— Dans quoi ?

Lire la suite "[anticipation] dis-moi grand-mère..." »


[citation] et si c'était pour ça ?

Sheep - from Lamb to Loom — peintures, expositions et album de Kate Lynch : www.katelynch.co.uk

“ C'est d'ailleurs le danger de ces époques de dictature idéologique molle telle que nous en vivons une actuellement : on finirait par ne plus lire et aimer les gens que pour la seule raison que les enragés du bien, les progressistes tous terrains les tiennent en haute suspicion – ce qui représenterait tout de même une forme de régression intellectuelle assez préoccupante, revenant au fond à calquer son attitude sur celle de l'adversaire afin de se mettre à son niveau de démence idéologique. ”


— si c'était pour ça, que quoi ?
— euh, rien... mais je trouve
  cette sombre réflexionlien moins cynique qu'il y parait, passablement inquiétante, et surtout bien tapée et accordée à mon humeur du jour.
That's All, Folks!

ps - sinon, l'illustration n'a qu'un rapport lointain avec le sujet (mais elle a), je m'en excuse auprès de ma talentueuse amie Kate Lynch,lien artiste peintre.


[citation] je crois que c’est cela que nous dit tilly

Alain D. à 31 ans, portrait de Jean-Marie Périer repris récemment pour une campagne de pub Dior Parler de soi (en bien) sans être ridicule est un talent bien peu partagé.
Citer celui qui parle de vous (toujours en bien) n'est pas plus facile.
Je me lance après de longues hésitations : merci Alain B. pour vos mots qui me touchentlien (particulièrement ceux que je reprends ci-après) !
“ Les Alain ont de la chance, y a pas à dire autrement, parce que, quand elle se penche sur eux, c'est que du bonheur pour un long temps.

Ce qui me semble essentiel dans ses mots, ses paroles, ses phrases des blogalams (et ses billets), c’est ce qu’elle donne à comprendre, à savoir que la vie, c’est d’être aimé sans être jugé. Sans juger. Elle semble nous dire, qu’il faut être aimé, et aimer au delà des performances. Je crois que c’est cela qu'elle nous dit, et que c’est ça l’essentiel. C’est assez rare, tout de même. ”