[jaseries] paris est tout petit pour ceux qui... aiment le spectacle vivant
[lu] la valse seconde (on me dit que ma poule est un coq), recueil de billets d'alain bonnand

[lu] arthur cauquin au yémen, roman d'alain bonnand

Serge Safran éditeur, 20 mars 2020, 224 pageslien, 17 euros 90

CONFINEMENT COVID-19 : les librairies sont fermées, le courrier n'est pas distribué, mais Arthur Cauquin au Yémen est disponible sur les meilleures plateformes de vente de livres numériques, au prix de 9 euros 99 (liste ici)

MARDI 24 MARS, DERNIÈRE MINUTE COVID-19 : du 24 mars au 7 avril, Serge Safran éditeur offre une PROMO PLAISIR SOLIDAIRE à 50 % sur toutes ses nouveautés !

4éme de couv — Arthur creuse des trous au Yémen pour le compte d’un grand groupe. Laurence, sa maîtresse, se trouve à Orléans. Ils s’aiment de loin grâce à Internet et un matériel qu’ils finissent par utiliser très bien…
Cela dit, l’échange électronique a des limites. C’est le printemps et Laurence, qui d’habitude ne croque pas la vie à moitié, se morfond beaucoup. Même la lecture de Raymond Queneau ne l’aide plus à patienter. Qu’est-ce qu’Arthur, soucieux du plaisir de son amie, va bien pouvoir inventer pour que passent agréablement les deux mois qui les séparent de son retour ? Une histoire pimentée, qui nous transporte en 2006 quand les amoureux découvraient avec l’ordinateur, un micro et une caméra portatifs, les joies et permissions de l’échange à distance.
 Un érotisme qui ne manque ni de tendresse ni d’encouragements. — Alain Bonnand, né en 1958, dans l’Oise. Adolescence ardennaise ; fait Rémois à dix-neuf ans, Arabe à quarante-cinq, puis Florentin. Aujourd’hui, de nouveau Rémois.  Auteur de Feu mon histoire d’amour ; Martine résiste ; Il faut jouir, Édith… et de La Grammairienne et la Petite Sorcière chez Serge Safran éditeur.De la mi-avril à fin mai 2006, entre Sanaa et Orléans, un printemps arabe heureux ; à une époque révolue où les sites de rencontre et les technologies émergentes offraient aux aventureux des terrains de jeux interactifs plus délicieux et modernes (même si parfois techniquement incertains) que les petites annonces du Nouvel Obs ; où les réseaux sociaux n'avaient pas encore été empoisonnés par leur propre puissance de nuisance ; un temps où l'on ne “partageait” pas tous azimuts et sans discernement, mais où l'on privilégiait encore les relations choisies (ou refusées). Ça n'allait plus durer bien longtemps.

Ce n'est ni un regret, ni un mensonge : je n'ai jamais pratiqué ça... mais cela ne m'a pas empêchée, et même au contraire, de trouver un délicieux plaisir par procuration dans cette lecture beaucoup moins légère qu‘il y parait car la profondeur se niche dans les détails !

J'ai cherché dans la liste des synonymes de coquin, j'ai retenu : polisson, libertin, leste, malicieux, canaille, badin, espiègle, sensuel, émoustillant.
Et repoussé catégoriquement les autres : égrillard, gaulois, croustillant, grivois, graveleux, licencieux, obscène, porno.

Bon, je ne diverge pas plus longtemps : oui, Arthur Cauquin au Yémen est un roman sexy ! ouiiiiiiiii, c'est une histoire de plaisirs !
______
lire le résumé de l'action en quatrième de couverture en passant sur l'image, ou en allant sur le site de l'éditeur

Arthur Cauquin au Yemen est de la veine d’Il faut jouir, Édith, l'autre pochade polissonne d'Alain Bonnand ; en plus remuant et accessoirisé !
Des petits divertissements aguicheurs pour surprendre et attirer des lecteurs qui ne connaissent pas encore — les malheureux — la manière Bonnand, l'inventivité du style, les détournements du langage, le ton unique, la fausse légèreté charmeuse.

Dans Apostrophes en 1988 (Bonnand, 29 ans, y était pour Les Mauvaises rencontres et Martine résiste), Bernard Pivot matoisait :
Séduire, coucher, c'est quand même la grande affaire dans vos histoires, Alain Bonnand !
à quoi l'écrivain avait répondu :
Coucher, ce n'est pas un mot que j'emploie !
Et c'est toujours vrai ! Même dans un roman érotique !

Exactement en même temps qu'Arthur Cauquin chez Serge Safran, Alain Bonnand publie aux éditions de La Bibliothèque La Valse Seconde (On me dit que ma poule est un coq), dans la continuation du Testament Syrien (Valse avec Roland). Tout à fait autre chose. J'en parlerai dans une note de lecture à part, mais je ne peux m'empêcher d'y relever ce qu'Alain Bonnand écrit à propos d'Arthur Cauquin :

[à Roland Jaccard, automne 2013 circa]
“ Je voulais t’adresser le manuscrit [de la suite de Il faut jouir, Édith] à Lausanne, au Palace hôtel, mais j’ai pris du retard – ou de l’avance sur moi-même.
Dommage, ç’aurait été bien pour le bord de la piscine : de la littérature à laisser perdre, dont les pages peuvent finir sans crainte à plat sur l’eau.
Une histoire de père de famille ; un troisième point de vue après ceux de Dominique Aury et de Catherine Millet, sur le plaisir mis en esclavage.
L'ouvrage s'appelait d'abord Que tu m'aimes, je le sais, et puis il s'est appelé Arthur Cauquin au Yémen.”

Si vous voulez le plaisir de la surprise, arrêtez de me lire ici, procurez-vous Arthur Cauquin au Yémen (ensuite vous pourrez revenir !).
Parce que je vais donner dans la suite quelques clés de lecture qui me sont personnelles (vous pourrez les discuter en commentaires... pas très interactif, mais mieux que rien !)

Pour commencer, sur la forme. Il ne faut pas s'attendre à visualiser le fac-similé des “chats” d'Arthur et Laurence sous la forme de piles de petits rectangles aux coins arrondis, verts pour lui, roses pour elle ! Ce serait moche, sûrement anachronique, et surtout tue-l'imagination !
Pas d'images non plus... À part celle de la couverture (plus SAS ou Brigade Mondaine que SM, mais c'est drôle et plutôt bien venu en contexte !) : rien d'explicite, tout dans la suggestion littéraire.

Les clavardages des amants sont sobrement édités chronologiquement, avec dans l'en-tête : Laurence et Arthur, la date, l'heure.
Des dialogues électroniques pour chacune de leurs sessions interactives détaillées, avec entre elles, les messages en différé qu'ils s'envoient, lorsqu'ils ne sont pas connectés au même moment : Laurence à Arthur, ou Arthur à Laurence, date et heure, (titre du message).
Très vite on distingue le style d'Arthur de celui de Laurence.
Lui plus malicieux, tendre, blagueur, un peu donneur de leçons de “philosophie” (la sienne !) ; plus sophistiqué qu'elle, il ponctue scrupuleusement ses phrases et les commence par une majuscule.
Elle, plus nature, directe, amoureuse, bonne fille, docile, maline quand il faut, assez entêtée ; elle n'utilise pas les majuscules et très peu la ponctuation.

Mais encore... que se font-ils ? que se disent-ils ? que s'écrivent-ils ?
Pendant leur éloignement, ce Cauquin d'Arthur garde la main mise à distance sur les “loisirs” de Laurence... Eric, Vincent, Francis, Gilles et les autres... il veut tout savoir, tout maîtriser, tout voir ! En toute candeur, sans perversité, du voyeurisme épanoui et de l'échangisme à distance !
Car son plaisir à elle c'est... de lui obéir, d'aller au devant de ses désirs.
Ça se complique un peu quand ils font entrer dans leur danse Gilles, le beau Québecois.
Assez vite aussi, Arthur dévoile à Laurence l'idée magnifique qu'il a eue pour la faire patienter jusqu'à la veille de leurs retrouvailles :

— Nous allons écrire un livre à partir de nos dialogues...
— pas vrai ?
— Si !
Un livre dont tu seras le joli représentant...
Tu irais à la télévision en assurer la promotion avec tes belles jambes... ?
Ce serait de quoi ouvrir un hôtel de charme ou deux en Belgique, tu sais ?
— c'est une très bonne idée, quand est-ce qu'on commence ?
— Nous en avons déjà écrit un bon tiers !
— avec nos tchats ?
— Oui !
— mais on n'a rien conservé
— Moi, si !

Un personnage qui devient l'auteur ? Tiens, nous voilà piégés comme Laurence ! soumis, et ronronnants d'aise de l'être ?

 

>> un autre extrait, parce qu'il n'y a rien de mieux...

— tu ne répondais pas à mes messages alors j'ai eu très peur de ne plus te revoir mais tu as raison je me laisse trop emporter
— Tu te débrouilles fort bien avec moi, je trouve !
Et puis tu es mon petit pote préféré !
— merci ça me rassure d'être ton petit pote préféré
— Ce que je n'aime pas, c'est être serré-cuit !
— je sais et je n'ai pas envie non plus de te serrer-cuire
— Vis, ma chérie ! Ne me serre pas trop et nous devrions nous promener encore ensemble, je pense !
— je t'aime tel que tu es avec ton indépendance ! je ne tiens pas du tout à changer cela
— Bon, alors elle va mieux ! Elle est philosophe !

 

>> elles et ils en parlent aussi :

  • Bernard Quiriny, pour Le Nouveau Magazine Littéraire,lien mai 2020
    “ Mots tendres, vidéos intimes, provocations, tout est bon aux deux amants pour entretenir la flamme en attendant de se revoir. L'histoire, élégamment libertine et entièrement racontée sous forme d'extraits de leurs conversations, se déroule en 2006, époque innocente où les sites de rencontre étaient un territoire à conquérir, et où leurs utilisateurs pouvaient se montrer nus devant leur webcam sans craindre que la Terre entière soit au courant. ”

 

  • Michel Marmin, pour Livr'arbitres n°30

    “ Ce roman joyeusement stendhalien, piquant comme le houx et rougeoyant de caresses appuyées, regorge de bons conseils dont les amants en panne d’inspiration sauront faire leur profit, surtout s’ils sont de bons lecteurs : la dame d’Orléans est invitée à se dessaler avec Lourdes, lentes le chef-d’œuvre de notre affectionné André Hardelet. ”

  • Stéphane Balcerowiak, pour Livr'arbitres n°30

    “ Impossible de savoir si [l’œuvre d’Alain Bonnand] relève de l’auto fiction, du roman épistolaire ou de la pochade pataphysique. Prend-t-il même son lecteur au sérieux ? Non, évidemment. Mais sa lectrice, oui. Mille fois oui. C’est d’ailleurs vers elle, cette lectrice désirée, cette parfaite avaleuse de mots, cette idéale buveuse de sens, que tend la plume cauquine d’Alain Bonnand. C’est à l’oreille de cette compagne de chevet rêvée que murmure le bandeau rouge […] : « Cauquin au printemps, des idées pour l’été ». ”

 

  • sur Babelio ; Evlyne Leraut, le 2 avril : 
    Dans cette aube du XXIème siècle, le virtuel est si présent que Arthur Cauquin au Yémen dans une deuxième lecture est aussi sociologique. Il sonne comme un avertissement. Certaines personnes briseront la solitude en cliquant sur le clavier de l'ordinateur. S'imagineront vivantes, profondément vivantes. Alain Bonnand dresse un tableau virtuel d'une société dont les tabous tombent comme un château de cartes.

  • Les lectures érotiques de Charlie (article et podcast), 2 avril 2020 “Alain Bonnand ou l'art de la correspondance érotique / Arthur Cauquin un érotisme de suggestion / L'imaginaire, le meilleur des amants
    Alors oui, même en temps de confinement, les orgies sexuelles sont possibles, il suffit de se servir du muscle magique : l’imagination ! ”
  • La bibliothèque de Noukette
    “ Un vrai plaisir de retrouver la plume élégante, piquante et intelligente d’Alain Bonnand qui m’avait déjà enchantée avec
    Il faut jouir, Edith et La grammairienne et la petite sorcière.”

  • D'une berge à l'autre, journal d'un lecteur curieux
    “ Ici la vulgarité n’est pas de mise, le langage se veut soutenu et le propos donne davantage dans la suggestion que dans la description pornographique sans finesse. ”


  • le blogue de lecture de Zazy
    “ J’ai souri en lisant le badinage délicat, polisson, érotiquement délicieux des deux amants. ”

  • [à compléter]

 

>> au même moment, un deuxième Bonnand :

"Je fais de la littérature avec la vie et de la vie avec la littérature. J'essaie de les rendre heureuses l'une à l'autre."

 

>> toutes mes notes de lecture de livres d'Alain Bonnand lien

 

 

Commentaires