Previous month:
août 2013
Next month:
octobre 2013

2 notes en septembre 2013

[lu] vingt-sixième étage, roman d'alain bron

éditions In Octavo,lien octobre 2013, 334 pages, 21 euros

Résumé :  Un aveugle clairvoyant, un PDG colérique, des managers à bout de nerfs, des salariés ballotés... les personnages de cette histoire, à la fois victimes et héros, sont témoins du cynisme qui règne aujourd'hui dans l'entreprise. Le regard de l'auteur, souvent amusé et tendre, agit comme une caméra filmant, sous des apparences de neutralité distante, des plans dévastateurs.  Attention, ce roman peut produire des effets dangereux. Après lecture, il est à craindre que l'on soit tenté d'envoyer tout promener pour le seul plaisir de cultiver son jardin.   —  Bio :  Lauréat de la Bourse de l'Aventure dès l'âge de seize ans, Alain Bron part seul au Sahara et en revient chargé d'expériences qui marqueront toute sa vie littéraire et professionnelle.  Plus tard, cadre dirigeant puis consultant en management, il se passionnera pour la sociologie d'entreprise.  Alain Bron a publié des essais, des nouvelles, des romans nommés et primés à plusieurs reprises. Il promeut par ailleurs les arts in situ et préside une compagnie théâtrale.Quand vous lirez Vingt-sixième étage, vous qui avez déjà travaillé dans un quartier d’affaires — à l’étage des open spaces, voire à celui des directeurs quelques étages plus haut — vous penserez :
voilà le livre que j’aurais dû/voulu écrire...

Mais peu importe que vous n’ayez même, jamais pris le RER pour La Défense, jamais attendu l’ascenseur pour la pause clope sur le parvis, jamais subi un entretien annuel d’évaluation. Avec son roman, Alain Bron lien vous transporte et vous guide dans l’univers impitoyable des cols blancs et l'ordinaire d'une tour de bureaux.
Tout y est : le lot de souffrances quotidiennes qui désespèrent, mais aussi les espoirs et les joies qui font avancer.
Tout un roman...
Car Vingt-sixième étage n’est pas — heureusement — un manuel de survie dans le milieu hostile de l’entreprise française. L’auteur ne donne pas de leçon de management ou de syndicalisme, il ne propose pas de thèse sur le comportement organisationnel.
Pourtant. Tout y est...

Lire la suite "[lu] vingt-sixième étage, roman d'alain bron" »


[relu] martine résiste, recueil de textes d'alain bonnand

Le Dilettante, 2003, 93 pages, 11 euros 50 lien
Martine résiste
reprend l'édition parue au Dilettante en 1988 revue et corrigée par l'auteur et augmentée de sept textes formant l'intitulé
“ L'Amour dans les journaux ”.

présentation de l'éditeur : Proche d'un Morand dont il a le goût du sprint et de la fringale d'aventures, et d'un Nimier, à qui il emprunte la dureté de dent et la pointes démouchetée. Pas d'épanchements chez cet auteur, mais les brefs moments d'une épopée amoureuse où défilent Martine et Annie, Cécile et Nathalie: fugaces comètes de la galaxie Bonnand, aussi vite disparues qu'entrevues, adulées qu'évincées.
couverture : atelier Civard

Bernard Pivot lors d’un Apostrophes lui aurait dit — ça doit pouvoir se vérifier — :
“ Oh, oh !
Alain Bonnand, on couche dans vos histoires ! ”.

— Oh, oh ! Monsieur Pivot, on lisait pas les livres dans vos émissions !
Ou alors c’était la vengeance froide d'une fichiste dédaignée par l’écrivain. Elle n’a même pas obtenu une dédicace malgré le rentre-dedans éhonté qu’elle lui a fait.  Alors elle a mis sur la fiche : “ on couche beaucoup dans les histoires d’Alain Bonnand ”.
Mais dans les histoires d’Alain Bonnand,lien on n’couche pas, Monsieur Pivot, on n’couche pas. Ou pas que, ou presque, ou alors très vite, extrêmement vite. On veut coucher, ou pas coucher, selon. Selon l’âge, la longueur des jambes, la fortune, la qualité de résistance de la dame.  Évidemment il n’est question que de cela, c’est comme qui dirait le thème du recueil. Évidemment.

Martine résiste qui donne son titre au recueil est un poème (en prose) noir. Il faut le lire plusieurs fois. Comme on va revoir un tableau aimé au musée. On s’étonne de le voir autrement, de l’interpréter d’une autre façon, d’y découvrir des détails méconnus, des beautés nouvelles, sombres.

L'Amour dans les journaux n'est pas une revue de presse... certains des articles commandés à Alain Bonnand n'avaient pas été fournis à temps, ou pas envoyés du tout. Merci Le Dillettante ! 

Lire la suite "[relu] martine résiste, recueil de textes d'alain bonnand" »