[bon plan] blogueuse, comédie
merci pour vos 146 votes pour mon projet blogmoi.paris.fr !

[visite] la maison de jean cocteau à milly-la-forêt

où il sera également question des Demeures de l'esprit de Renaud Camus

"ne pas toucher  JC" - photo du bureau du poète -cliquer sur l'image pour agrandirJ'ai visité la Maison Cocteau en septembre dernier. J'avais pris alors quelques photos et des notes pour écrire un billet, et puis finalement : non.
L'impression qu'il me restait de cette visite était mitigée, entre le plaisir d'une agréable promenade familiale, et une sorte de déception difficile à expliquer.

C'est en lisant ces jours-ci un volume des Demeures de l'esprit de Renaud Camus que j'ai mieux compris la nature de ma frustation.

En allant à Milly, j'imaginais que j'allais être plongée dans le quotidien raffiné d'un homme de lettres brillant qui aimait recevoir et travailler dans cette fameuse maison du Bailli qui jouxte le château à Milly-la-Forêt.

Je ne voulais pas forcément visiter un musée Jean Cocteau.

Ne pas toucher... c'est ce l'on voit, de l'écriture de Cocteau, et paraphé de son étoile fétiche, sur un panneau disposé sur un bureau, au milieu d'un petit bordel d'objets personnels que j'ai pris en photo. On appréciera (ou pas) ce clin d'oeil en forme d'injonction posthume, scénographie d'un décorateur qui aura reconstitué la petite pièce de travail, tout comme la chambre de l'écrivain à l'étage, et le salon au rez-de-chaussée.

Dommage que Cocteau n'ait pas laissé de son vivant, plus de notes de ce type dans tous les coins de sa maison, afin que ses exécuteurs testamentaires conservent et laissent visiter beaucoup plus de pièces à vivre que ce que l'on voit maintenant.

Car la maison est grande, très grande. On visite donc une très infime partie des pièces de la maison telles que Cocteau les a connues (ce que l'on s'attendrait à voir dans une maison d'écrivain). Tout le reste, y compris la structure même de la maison, a été totalement remanié pour faire place à des circulations et à des espaces d'exposition comme on en voit dans tous les musées modernes. Comme c'est Pierre Bergé le maître d'ouvrage de la rénovation et de la transformation de la maison, c'est fort bien fait, mais on a du mal à "penser Cocteau", homme du siècle dernier, dans cet environnement muséal de haute technicité. Une construction annexe moderne abrite les accès, la billetterie, et un très grand espace de vente de livres et de produits dérivés, point de passage obligé.

Heureusement, il y a le jardin, enfin le parc. Ses dimensions et son organisation voulues par Cocteau paraissent avoir été respectées.

Sur les photos on voit que la maison était, au temps de Cocteau, entièrement couverte de vigne vierge jusqu'au toit. Il n'en reste rien, sans doute à cause d'impératifs de rénovation des murs extérieurs. Dommage. Leur badigeon récent est beaucoup trop épais, uniforme, et bêtement clair, donnant à la belle maison de ville ancienne, des airs de grosse villa prétentieuse type Ile-de-France. Espérons que le temps lui rendra une certaine patine, sinon sa couverture végétale.

A Milly-la-Forêt, il y a un très beau musée Jean Cocteau au milieu d'un jardin poétique.
L'ensemble est nommé, un peu abusivement à mon avis, la Maison Cocteau.

 

La Maison Cocteau a ouvert au public en juin 2010. Elle ne figure pas encore parmi les maisons d'écrivains de France et d'ailleurs visitées et photographiées par Renaud Camus pour sa collection des Demeures de l'esprit (6 volumes publiés chez Fayard, lecture conseillée).

Voici quelques extraits du tome France II, Nord-Ouest :

photo de couverture de Renaud Camus, Les Rochers, château de Mme de Sévigné à Vitré, Ille-et-Vilaine" 20, rue Ernest Renan, Tréguier, Côtes d'Armor  --  Ernest Renan

A l'intérieur elle hésite, et cela depuis toujours, ou du moins depuis les débuts déjà anciens de sa carrière de musée (je vois en effet, dans ma précieuse brochure, qu'en 1947, il en allait déjà de la sorte), entre le rôle de musée, justement, et celui de maison natale, ou bien de maison tout court. En général ces palinodies ne sont pas de très heureux effet. Ici leurs conséquences ne sont pas très fâcheuses car le musée, malgré les énergiques rénovations récentes dont il a fait l'objet, et grâce aux contraignantes dispositions de la donatrice Henriette Psichari, garde un petit caractère archaïque qui, avec le temps, a fini par le naturaliser en ces lieux de façon très touchante. "

" Ecole d'Epineul-le-Fleuriel, Cher  --  Alain Fournier

Autant qu'une maison d'écrivain et que le référent sur la terre, dûment attesté, d'un site romanesque fameux, l'école d'Epineuil-le-Fleuriel, telle qu'elle se présente à nous aujourd'hui, est un musée de l'école publique de jadis. Qu'elle ait cette fonction double est tout à fait conforme, au demeurant, à sa vocation d'origine, pusique, dès sa création en 1872, elle était, comme la plupart des écoles de France dans les petits villages, à la fois mairie et école. La fonction était même triple puisque le bâtiment servait aussi de résidence à l'instituteur et à sa famille. "

" Maison de tante Léonie, Illiers-Combray, Eure-&-Loir  --  Marcel Proust

On pourrait écrire un livre, et peut-être, écrit, l'a-t-il déjà été, ou bien c'est un chapitre des traités de muséographie, à l'usage des conservateurs ou gestionnaires de lieux de visite, monuments historiques, maisons d'écrivains ou d'artistes, musées privées ou demeures de l'esprit, sur la question de l'accès. Je crois comprendre que les problèmes liés à la billeterie mais aussi à la nécessaire boutique, à l'éventuel centre de documentation, à l'accueil des handicapés, ont pris de plus en plus d'importance partout, dans les décennies et les années récentes. A cause de tout un jeu de contraintes à la fois juridiques, pratiques et commerciales, rares sont les accès de site, pour les visiteurs d'aujourd'hui, qui coïncident avec ceux des résidents d'autrefois. "

" La Garenne-Lemot, Gétigné-Clisson, Loire-Atlantique  --  François-Frédéric Lemot

En tant que demeure de l'esprit, le site laisse un peu à désirer, évidemment. Lemot n'a jamais habité la villa, je l'ai dit, et quant à la Maison du Jardinier où il descendait quand il venait, elle abrite une exposition explicative, très bien faite et très instructive, mais qui n'a pas la moindre prétention à figurer une demeure. Il serait pourtant intéressant de voir comment ces gens-là vivaient, habitaient. "

Commentaires