[niguedouille on twitter] ce matin, aux galfouilles
[2010] une année dans mon carnet (genre) moleskine

[fan de] lisa bresner, écrivain, 1971-2007

Lisa Bresner : 29 octobre 1971, Paris 9ème Arr. / 28 juillet 2007, Nantes  - Lisa Bresner a écrit son premier roman à 20 ans : "Le Sculpteur de femmes".  Elle a écrit ensuite d'innombrables livres (romans, livres pour enfants, essais...)  et réalisé court-métrage en janvier 2004 : "MISAKO", sorti en été 2004. Vous avez fait la terrible soustraction ? Vous avez juste !
Lorsque Lisa Bresner s'est donnée la mort une nuit de juillet 2007 à Nantes, elle n'avait pas encore fêté son trente sixième anniversaire.

Lisa avait appris le chinois (puis le japonais !) et commencé à écrire, à 14 ans. Elle avait publié son premier roman chez Gallimard à 20 ans.
Il y a un mois je n'avais jamais entendu parler d'elle, et puis il y a eu cette petite phrase dans un entretien de Marc-Edouard Nabe pour Le Point :

Y-a-t-il encore des noms qui vous donnent de l'espoir pour la littérature française ?
 M.-E.N.: Lisa Bresner, malheureusement elle est morte. Une jeune écrivaine, avec un monde à elle et une langue très originale. Je l’aimais beaucoup, elle était hantée par la Chine, le Japon, l’enfance et la mort. Dans l’indifférence générale, elle a écrit une dizaine de livres chez Gallimard (autant dire dans un cimetière), puis elle s’est suicidée.

Une recommandation signée Nabe ! Un seul nom ! C'était tentant, pas décourageant...
Je découvris alors que Lisa avait publié 28 ouvrages (tiens, tiens) avant d'arrêter d'écrire, définitivement.

C'est étrange et dérangeant de découvrir d'un seul coup une oeuvre infiniment originale, de l'aimer, et d'apprendre dans le même temps que l'auteur née bien après moi n'est déjà plus là pour la porter auprès de nouveaux lecteurs.
Pour ceux-là, comme pour moi, il ne reste que quelques vidéos, des photos, des pages web, un groupe facebook, de rares et précieux témoignages qui restituent la beauté, le charme et l'intelligence de Lisa.

Pour faire, même trop tard, sa connaissance, il y a bien sûr et d'abord : ses livres.
J'ai lu dans cet ordre : Le Sculpteur de Femmes (Gallimard, 1992, 76 pages), Ma Tendre Ennemie (Gallimard, 1994, 124 pages), Hong-Kong Souvenir (Gallimard, 1995, 120 pages), Pékin est mon jardin (Actes Sud, 2003, 149 pages).
Il aurait suffi d'un seul... j'étais chipée !

Je vais laisser de côté pour le moment les nombreux livres pour la jeunesse et de vulgarisation de la calligraphie chinoise destinés à promouvoir l'enseignement du chinois et du japonais que Lisa enseignait. Mais je n'oublierai pas lorsque j'aurai des petits enfants de leur faire connaître Lili Baï, Mélilotus, Lully de Chine, Mao-Mi, Lily-Rose, et tous leurs amis.

Il me reste quelques romans pour adultes à lire, des essais, mais ces quatre-là que j'ai lu à la suite forment déjà un "tout Lisa" pour moi, et suffisent à me donner l'envie de vous la faire connaître et aimer.
Dans un prochain billet.

 

India Song, cette chanson qui parle d'elle qui a disparu...

Commentaires