[lu] une chambre pour un moment, roman de dorothée blanck
[extrait] la valise du passé

[extrait] journal d'un blogueur, didier goux

In: journal de juin 2010, La femme qui s'éloigne - mercredi 30 juin

Didier Goux, écrivain en bâtiment " Il y a des jours où les blogs m'épuisent, et le mien particulièrement. Qu'est-ce que l'on fait, à passer autant de temps à répondre à des gens que l'on ne connaît pas, ne connaîtra sans doute jamais, dont on voit bien qu'ils ne vous lisent pas mais se sentent tout de même tenus de donner leur avis ? Le pire étant que je dois probablement faire la même chose chez les autres. Il serait peut-être temps d'arrêter ces conneries puériles.
Car les vrais blogueurs sont des enfants. Il n'y a qu'à voir le sérieux avec lequel ils se considèrent : aucun adulte ne s'offrirait ce ridicule. Ceux qui s'excusent auprès de leurs lecteurs – presque en les plaignant – parce qu'ils sont restés deux jours sans déverser leur habituel arrosoir de lieux communs ; ceux qui “prennent de la hauteur” et décortiquent, soupèsent, analysent l'importance du phénomène ; ceux qui discourent gravement (mais avec une jubilation pitoyable et risible) sur le coup qu'ils portent à la presse “institutionnelle” ; et les plus drôles, qui se voient marcher tous ensemble vers les lendemains qui chantent (lesquels sont, comme toujours, au coin de la rue), la colonne armée de la prochaine révolution, la vraie, la toujours attendue, qui donnera du pain aux miséreux, la paix et des baumes à ceux qui souffrent, des escaliers à la Butte et des ailes aux moulins. "

Commentaires