Previous month:
novembre 2005
Next month:
février 2007

14 notes en janvier 2007

Matin triste

Ce matin comme d'autres matins, je longe le mur du cimetière de Gentilly. Ce matin comme tous ces jours-ci, il est tôt et il fait sombre et froid. Mais ce matin, le portail est ouvert. Juste devant se tient un petit groupe immobile et muet de jeunes garçons et filles, des lycéens sans doute. Toute la journée j’ai songé à celui ou à celle qu’ils attendaient pour la dernière fois, là, ce matin.


La Poterne des Palmiers, Paris 13ème

Ceci n'est pas un mirage

Palmiers_1

Cela fait un mois que je prends le tram à Balard et que je descends à Poterne des Peupliers (et vice versa), et je ne les avais pas encore vus...

Mais j'ai bien repéré le labyrinthe de verre à Porte de Versailles (vraiment beau) , et aussi les frontons lumineux animés au dessus des deux entrées de l'Institut de Puériculture (pas mal).


Le mamographeur

Conversation de dames dans le bus 57 (retranscription libre d'une)

- . . .

- et pis le chef du service quand il apprend aux stagiaires à se servir du scanner tu sais quoi

- euhhh non

- ben y prend une étudiante comme cobaye et c’est lui tu sais qui installe le sein - bref je te dis pas

- hinhin, ca m’étonne pas, c’est comme nous pour les radios de l’abdomen quand y faut baisser la culotte - même qu’elles sont toutes avec des strings y parait

- ouais ben ce serait mieux avec un mannequin en plastique moi je dis

- allez c’est la qu’on descend faut aller bosser


Jazz et java copains ?

Ca doit pouvoir se faire...

Nougaro a raison, moi je l'ai fait la semaine dernière. J'ai suivi un entraînement Java intensif toute la semaine, et si j'ai finalement bien supporté l'épreuve, c'est grâce aux paroles de Claude que j'avais dans la tête en faisant les exercices. Et puis il y a eu aussi le cours d'Isabelle le lundi soir, et le concert de Pierre au Franc-Pinot, jeudi.

Les secrets du polymorphisme m'ayant été révélés, je ne résiste pas à l'envie de vous entraîner dans la danse : cliquez sur le lien pour un petit exemple.


Play Misty for me!

En hommage a Eroll Garner, disparu le 2 Janvier 1977 , le quartet de Pierre Christophe  rend hommage tout le mois de Janvier dans les clubs parisiens au pianiste et compositeur :
  • Mardi 2 janvier à 22h : Duc des Lombards
  • Dimanche 7 janvier à 22h : Jazz Club Lionel Hampton, Méridien
  • Dimanche 14 janvier à 22h : Jazz Club Lionel Hampton, Méridien
  • Jeudi 18 janvier à 21h30 : Franc Pinot Jazz Club
  • Dimanche 21 janvier à 22h : Jazz Club Lionel Hampton, Méridien
  • Dimanche 28 janvier à 22h : Jazz club Lionel Hampton, Méridien
Pierre Christophe : piano
Raphael Dever : contrebasse
Laurent Bataille : congas les 2, 7, 18, 21, batterie le 28
Julie Saury : congas les 14 et 28
Stan Laferriere : batterie les 2 et 18
Vincent Frade : batterie les 7, 14 et 21

www.pierrechristophepiano.com 

Comment je suis devenue supporter du FC Nantes Atlantique

Note exclusivement réservée aux connaisseurs (fouteux, poètes, et surtout fouteux poètes)

Samedi avant leur match à domicile les canaris étaient au vert.

A midi le staff de l'équipe se réunissait dans la salle d'un restau du Pays-des-Trois-Rivières. J'y étais. Pas dans le staff, ni dans l'équipe, mais au restau. L'ambiance était lourde, intense, pour ne pas dire inquiète. On osait à peine rigoler aux tables voisines pour pas les déconcentrer.

Le soir à la Baujoire, ils se sont qualifiés pour la Coupe de France en marquant à la quatre-vingt-dixième minute contre Guingamp. Je l'ai vu à la télé, et aussi qu'à la fin du match le réalisateur inspiré a levé sa caméra vers la lune. Au même moment je la voyais, par la fenêtre, elle, et son reflet d'argent sur l'étang noir.

Si vous avez lu Ouest-France, L'Equipe, ou le Journal du Dimanche, vous savez déjà tout ca, sauf pour la lune. Et aussi que le divin chauve gardait les buts nantais pour la première fois.


La concierge est dans son blog

Bignole's Blog

La concierge, c'est moi évidemment. J'adore mettre mon nez partout dans vos blogs, en soulevant juste un coin du rideau de ma porte. Bignole1

Aujourd'hui la bignole des blogs a fait les poussières chez elle et enlevé les toiles d'araignée. En clair, j'ai vérifié mes favoris et des liens faits depuis quelques vieilles notes. Bien sûr, je suis tombée sur des tas de surprises plus ou moins bonnes.

Le vrai Leblase est toujours en vigueur, le contraire m'eut beaucoup étonnée et chagrinée. Mais, disparus: Adrien, idem Elvis (non, je blague), Didier (quel choc !), Monsieur KK. Si vous avez des nouvelles des disparus en 2006, merci de m'en donner ici, et n'oubliez pas mes petites étrennes, ni de donner votre nom en passant devant la porte de la loge.


L'histoire de l'amour, roman, Nicole Krauss

Ah le joli roman. Il m'a donné l'envie de relire L'attrappe-coeur de Salinger et Ada de Nabokov.

Les deux Alma de Nicole Krauss sont les jumelles d'Ada. Il est d'ailleurs question d'une collection de papillons russes, tiens, tiens. Bird est le petit frère d'Holden Caufield. Quant à Leo et à Bruno, si ces deux-là ne vous font pas pleurer des rivières, alors c'est que vous n'avez pas l'ame slave pour un kopek, tant pis pour vous.

Nicole Krauss est la femme de Jonathan Safran Froer (Et tout est illuminé).